Famille Vanier

| Page d'accueil | Origines | Armoiries | Arbre généalogique | Célébrités | Archives | Forum de discussion | Livre d'invités | English |


Origines du nom de famille Vanier

Vannier est le nom d'un métier, désignant un artisan qui fabriquait des paniers pour vanner le grain, ou bien un vanneur.

Avec le temps, le nom de famille Vannier a évolué et a maintenant plusieurs de l'épeler: Vanier, Vannier, Vanniere, Vanner, Vaner, Vaniere, Le Vanier, Le Vannier, Levanier, Le Vanner, Le Vasnier, Le Vennier, Le Venier, Levan et plusieurs autres.

Le nom de famille Vanier existe au moins depuis 1180. Yves Vanier à découvert le texte suivant qui supporte cette affirmation (écrit en français ancien):

"Richard Vanier est inscrit pour une somme de 15 sous, par lui payée pour retrait de haro, sur le compte des désistements, concessions, promesses et arrangements, dressé par Hamon Le Bouteiller, prévôt de Bayeux en la prévôté d'Ameville, pour le roi d'Angleterre en 1180."

Ce paragraphe se retrouve à la page 26 de l'ouvrage intitulé Généalogie des Vannier, alias Le Vannier, Le Vanier, Le Vasnier, Le Vennier, Le Venier: Normandie, Maine, Poitou, etc. L'auteur est Théodore Courtaux et l'ouvrage paru à Paris en 1899, publié par Cabinet de l'Historiographie. D'après Yves Vanier: "dans la version latine au bas de la page, on l'appelle Ricardo Vanier, ce qui montre que notre nom s'écrivait déjà comme l'écrivons tous. Les actes notariés étant toujours en latin". Yves ajoute que "Bayeux n'est pas loin de Honfleur (lieu de naissance de Guillaume Vanier) et en 1180 le roi d'Angleterre est également duc de Normandie. En France, les noms de famille apparaissent vers les années 1100, donc que l'on trouve trace d'un Richard Vanier en Normandie juste à côté de Honfleur en 1180 est très conséquent."

LE MÉTIER DE VANNIER

Van en Osier (Photo R. Nourry)

Le métier de vannier vient du mot "van" qui désigne un panier plat aux bords relevés fabriqué d'osier, muni de deux poignées qui permettait de séparer le grain de la paille.

Le grain était mis dans le van, qui était secoué à l'aide des poignées. La balle, c'est-à-dire la paille résiduelle, était emportée tandis que le grain restait dans le van. Ce travail était très long et très fatiguant.


Un "Vannier" au travail

L'origine de la vannerie se perd dans la nuit des temps ; on a retrouvé des poteries primitives modelées sur des formes en vannerie, ensuite brûlées. La corporation des vanniers a été organisée sous le règne de Louis XI ; elle était divisée en vanniers mandriers, vanniers clôturiers, et vanniers faissiers.

Le terme de vannerie est apparu au XIIIème siècle qui vient du mot "van". C'est au XIXème siècle que la vannerie a connu un essor formidable ; pour trouver de nouveaux débouchés, les vanniers doivent sans cesse innover et trouver des objets nouveaux.

Aujourd'hui, le vannier fabrique des paniers de toutes formes, hottes, corbeilles pour tout usage, fauteuils, malles, berceaux, couffins, bonbonnes et même nacelles de mongolfières.

L'OSIER

L'osier est un saule qui se développe dans un milieu humide (près des rivières et dans les régions marécageuses). Les régions de prédilection du vannier sont la Picardie, les Ardennes et le nord-est de la France. Toutefois, le vannier était aussi amené à prendre la route pour écouler sa production ; il devenait alors un colporteur qu'on retrouvait partout en France.

Par le passé, la matière numéro un était l'osier, issu du saule. Il faut planter plus de 100,000 pieds pour un hectare d'oseraie. La pousse s'effectue en trois mois, période pendant laquelle le plant atteint 2,50m. L'osier était récolté pendant les mois d'hiver, en tout cas avant la montée de la sève. Ses branches étaient écorcées, trempées, puis séchées longuement au soleil. Il est ensuite mis en bottes de 20 à 30 kg. Une oseraie peut produire 1000 kg d'osier par hectare pendant une vingtaine d'années. Le vannier utilise également du noisetier ou du coudrier pour constituer l'armure du panier, autour de laquelle sera ensuite tressé l'osier

LES OUTILS DU VANNIER

Le vannier se contente d'un outillage restreint : Le fendoir est un outil en buis servant à fendre l'osier. Les poinçons servent à faire des trous dans les fonds. Un couteau vient compléter cet outillage rudimentaire, mais suffisant au vannier. En fait l'outil principal est la main.


Le poinçon
(Photo F. Morellec)


Les fendoirs en buis
(Photo F. Morellec)


La serpette
(Photo F. Morellec)


Dernières modifications le 2009-04-25.
Jean-Yves Vanier

Licence Creative Commons
Cette page web et son contenue est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
This web page and its content is licensed under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International License.